Le Ginkaku-ji (pavillon d'argent)

Le Ginkaku-ji, le pavillon d'argent doit céder la place de temple le plus célèbre de Kyôto, à son cousin, le fameux Kinkaku-ji, le pavillon d'or. Pourtant l'ensemble formé par ce temple avec ses jardins est d'une élégance extrême, à mon goût supérieure à celle du pavillon d'or, et le bâtiment lui-même, plus discret que celui du pavillon d'or grâce à l'absence de dorure, a plus de style.

Si le Kinkaku-ji a toujours été recouvert d'or, uniquement le premier étage avant l'incendie relaté par dans Mishima dans son célèbre roman homonyme, les deux premiers étage depuis sa reconstruction, les pavillon d'argent lui n'a jamais été recouvert d'une seule once d'argent.

Juste avant de rentrer dans la partie centrale des bâtiments du temple, une vue de la cour et, sur la droite, d'une partie d'un jardin Zen réalisé à partir de pierres et de sable. Les rainure parfaitement régulières que l'on voit sont retracés régulièrement par les moines avec un râteau pour qu'il n'y ait jamais la moindre irrégularité.
Tout comme de nombreux temples de Kyôto, le pavillon d'argent est bâti à flanc de colline et en montant celle ci dans les jardins du temple, on peut avoir une vue dominante sur les bâtiments.
Voici sur cette photo, le pavillon d'argent lui-même et son reflet sur le plan d'eau placé juste devant. Pour les japonais, le fait de placer un plan d'eau juste devant un temple pour qu'il s'y reflète est un comble de l'esthétisme.
Un petit aperçu des jardins, avec le petit pont qui surplombe un étang où l'on aperçoit des carpes. Les étangs remplis de carpes sont un des lieux de rencontres favoris des amoureux japonais, car cet animal s'appelle "Koi" en japonais, ce qui est homonyme au terme qui signifie passion amoureuse.

Retour